TOUR DU MONDE DE L’HABITAT VU PAR LA SOCIÉTÉ CIVILE

Squat

Dernière mise à jour le 26 septembre 2014

Un Squat est un lieu, comme un bâtiment, qui est occupé illégalement par des personnes. Cette occupation est faite pour des raisons économiques et parfois pour des raisons d’ordre socio-politique (pour défendre une cause, par exemple).

Les immeubles squattés sont très souvent à l’abandon : maisons abandonnées, immeubles de bureaux inoccupés, usines désaffectées, etc. Mais, parfois des lieu public son squatter pour lutter contre une cause : bureau de poste (pour éviter qu’il ferme), usine en fonction (pour éviter une restructuration), etc.

Le droit des squatteurs

L’exemple hollandais

La naissance des Squats d’Amsterdam est venue grâce aux contestations que rencontraient la ville en 1960. La protestation citoyenne a eu un impact sur l’urbanisme récent d’Amsterdam. Et l’existence des squats revendicatifs (nommés krakers aux Pays-Bas) est liée à cette mobilisation, affirmée dès les années 1960.

Des principes urbanistiques émergent des revendications et des dialogues à la fin des années 1970. Le projet d’autoroute est annulé, des logements sociaux sont construits avec processus participatifs, et la « ville compacte » portée par le contre mouvement devient même le modèle de planification.

Beaucoup de squats sont légalisés, rachetés par la mairie et loués à des loyers modestes. Ils existent encore aujourd’hui. Depuis ces années, les kraakspreekuuren conseillent dans chaque quartier les candidats à l’occupation et encouragent à la cohésion.

Source dph : Amsterdam et ses squats

L’exemple français

Malgré une occupation illégale d’un lieu, un squatteur n’est pour autant pas dénuer de droit (ni de devoir). Comme nous l’explique “Nathalie Sempé” dans son article “Les droits de l’occupant « sans droit ni titre” :“Les squatters aussi ont des droits. Le propriétaire qui veut expulser les occupants irréguliers de son terrain ou de son logement le découvre à ses dépens. D’ailleurs, il arrive que certains de ces occupants soient de bonne foi, de faux propriétaires signant parfois un faux bail pour percevoir de vrais loyers. Et ce n’est pas au propriétaire de se faire justice lui-même.”

Toute personne doit avoir le libre choix de son mode d’habitation ; l’équilibre doit être assuré dans la détermination des droits et des obligations respectifs des preneurs et des bailleurs. Enfin, il incombe aux collectivités publiques de prévoir l’attribution de certaines aides en vue de permettre l’accession à un logement. Le caractère social du droit au logement est ainsi reconnu.”

Source dph : Les droits de l’occupant « sans droit ni titre »

Les Squatteurs dans le monde

Le phénomène du Squat est un phénomène mondial, même si celui-ci est peut-être plus associé au continent Européen. Plusieurs villes ont déjà prises quelques mesures pour éradiquer, aider, changer ce mode d’habitat et/ou de vie.

Calcutta

Berlin

Kenya

Barcelone

Beyrouth

Source : http://base.d-p-h.info/fr/fiches/premierdph/fiche-premierdph-1381.html