TOUR DU MONDE DE L’HABITAT VU PAR LA SOCIÉTÉ CIVILE

Bosnie-Herzégovine

#Mots-clés : Dernière mise à jour le 9 juin 2019

URBANISATION

HISTOIRE DES VILLES – PATRIMOINE

Le développement urbain a été influencé par l’ère ottomane et austro-hongrois . L’influence de l’est et l’ouest fait des marques architecturales uniques pour tous les cite en Bosnie-Herzégovine . Le développement industriel de l’ex- Yougoslavie ( RSFY ) a été accompagnée de la plus importante urbanisation . Pression sur les centres urbains a augmenté dans les années 1960 et 70 et entraîné la construction de nouveaux quartiers résidentiels.

Alipasino Sarajevo Banja Luka

HABITAT URBAIN

Il est estimé que 46 % d’habitants résident actuellement dans les zones urbaines, tandis que l’accroissement de la population moyenne de la population urbaine, avant 2007 était de 0,3%, ce qui est un beaucoup plus bas que les chiffres d’avant-guerre. Selon les projections de la Banque mondiale, le taux d’urbanisation atteindra 51 % d’ici 2015, et 57 % d’ici 2025 . La densité moyenne de la population était de 75 par km2. Selon Enquête sur le budget des ménages 2007, l’unité moyenne du logement est de 73 m2 et la superficie moyenne par personne est de 28,1 m2. (Source : Agence de statistique de Bosnie-Herzégovine)

Jusqu’au milieu du XXe siècle, la Bosnie-Herzégovine était principalement pays rural ; mais après le processus d’urbanisation, on constate qu’il y a trop de maisons privées, maisons privées, surtout dans les banlieues. La vie dans une maison privée avec un jardin est toujours la forme préférée de logements. Les dernières décennies apportent une différenciation entre les résidents. Les prix sont différents pour une maison ou un appartement, mais d’autres différences apparaissent comme les conditions de logement visiblement dissemblables entre riches et pauvres. Avant la guerre, le fait d’être locataire ou propriétaire n’entrainait pas une telle différentiation.

Pendant ce temps, les municipalités responsables de services publics ont dû commencé à restructurer leurs services publics urbains, ce qui aura un effet énorme sur la politique du logement. L’amélioration des services de logements urbains (eau, égouts, routes, collecte des ordures, etc.) nécessite d’énormes ressources, qui ne peuvent être financés sans augmenter les frais d’utilisation (des frais de consommation) . L’augmentation des prix des services liés au logement va augmenter la nécessité de fournir un soutien pour les groupes vulnérables à faible revenu .

HABITAT RURAL

Aspects légaux

DROIT AU LOGEMENT

ACCORDS DE PAIX DE DAYTON (1995)

En plus d’avoir une structure politique complex, qui lui est imposée en vertu de l’Accord de 1995 de paix de Dayton, la Bosnie-Herzégovine s’est engagée à participer activement dans le logement importante et réformes urbaines et à coopérer étroitement avec les pays de la région ainsi qu’avec les institutions internationales et les organisation. En plus des structures administratives complexes et divergents, des raisons très souvent politiques ralentissent le processus de réforme en Bosnie-Herzégovin. Bien que le droit au logement est officiellement approuvé et l’annexe VII de l’Accord de paix de Dayton a officiellement évoqué le droit des réfugiés et des personnes déplacées à retourner dans leurs foyers, il n’est pas facile d’accéder pleinement et exercer ces droit.

DANS LA CONSTITUTION

Selon la Constitution de la BiH, l’Etat ne détient aucune compétences en matière de logement, d’urbanisme ou d’aménagement du territoire. Ces domaines sont réglementés au niveau des entités et du district de Brčko. Reconnaissant l’urgence et la nécessité de coordonner les activités dans la région, et dans une perspective d’approche globale des modifications législatives récentes fournies au niveau des compétences de l’État dans la politique du logement, le Ministère des Droits de l’Homme et des Réfugiés de Bosnie-Herzégovine a été mandaté pour mettre en place les principes de base pour coordonner les activités, harmoniser les politiques et les plans du gouvernement de Bosnie-Herzégovine avec la communauté internationale dans le domaine de la politique du logement, de la reconstruction et du développement. (Source : Le logement et le profil urbain de la Bosnie-Herzégovine, 2006, Ministère des droits de l’homme et des réfugiés)

La Bosnie-Herzegovine a ratifié la Charte Sociale Européenne révisée en 2008, mais pas l’article 31 sur le droit au logement. Des commissions sont chargées de continuer à étudier ces textes afin de continuer à ratifier de nouveaux articles (tels la sécurité sociale et la santé, la protection sociale). Le pays n’a pas signé le Protocole additionnel pour un système collectif de plaintes.

COMPETENCES ADMINISTRATIVES

Il ya des ministères de l’administration physique dans les deux entités et du district de Brčk, bien que la couverture et les zones de responsabilités très différentes. Responsabilités sont partagées entre l’entité et / ou cantons et les communes. Par opposition à la Republika Srpska ( n’ayant pas de cantons ), les compétences générales en matière de logement et de l’urbanisme en Fédération de Bosnie-Herzégovine sont situés au niveau cantonal, alors que le gouvernement du district de Brčko de Bosnie-Herzégovine est directement responsable de ces questions. Le logement est de la compétence du ministère fédéral de l’aménagement du territoire dans la FBH, Ministère de la planification de l’espace, travaux de génie civil et de l’écologie en RS et Département pour les réfugié, les personnes déplacées et la politique du logement à Brčko gouvernement du district.

EXPULSIONS FORCEES

Selon Human Rights Watch (2012), de nombreux Roms en Bosnie vivent dans des campements informels qui manquent de stabilité et de sécurité pour leurs familles. Les expulsions forcées sont un danger toujours présent, et le gouvernement a pris des dispositions pour offrir un logement de remplacement convenable à ceux qui sont expulsés. Les expulsions forcées ont été un problème particulier à Mostar, avec quelques familles roms expulsées deux fois dans les deux dernières années. Plus récemment, en Octobre 2011, 100 Roms ont été laissés sans logement convenable après une expulsion pour faire place à des logements pour d’autres Roms. Aucun de ces expulsés n’a été relogé.

DROIT FONCIER

DIMENSION HISTORIQUE

Un premier code foncier apparaît en 1858 quand le pays fait encore partie de l’empire ottoman (Arazi Kanunnamesi). Les spécialistes austro-hongrois des questions agraires ont beaucoup de mal à traduire le droit de propriété foncière ottomane en droit européen. Dans la tradition ottomane, Dieu seul possède la terre, les habitants ne pouvant être que des usufruitiers de ces terres. Pour certains historiens, les troubles sociaux observés ont – au XIXe siècle – toujours pour origine des conflits fonciers ou des révoltes agraires. A la fin du XIXe siècle, un premier cadastre foncier sera réalisé par les austro-hongrois, identifiant les charges fiscales, valeurs foncières et enregistrements des droits de ces terres. (Source : Les acteurs de transformations foncières autour de la Méditerranée au XIXe par Vanessa Gueno et Didier Guignard, éd. Karthala, 2013.)

Environ 30% de ces enregistrements fonciers ont été détruits durant la seconde guerre mondiale, sans être remplacés. Ils ont été mis à jour manuellement, de nombreuses transactions n’étant même pas enregistrées durant la guerre dans les années ’90. La taxe étant fort élevée (15%), les transactions ont été réalisées de manière informelle. En 1999, un nouveau système est mis au point (butas), mais les crises l’empêche de fonctionner correctement. Source : Website Landportal (2007).

SITUATION ACTUELLE

La guerre du début des années ’90 a détruit de nombreux bâtiments. La restitution des parcelles est loin d’être évidente car il est difficile d’établir des titres de propriété. De plus, le gouvernement ne souhaitait pas reconnaître comme valables des titres établis durant cette période de conflits. Une législation sur les droits de propriété est nécessaire : on observe un accès à la terre très difficile, notamment parce que l’absence de titre de propriété freine l’accès au crédit hypothécaire. Actuellement, 94% des terres agricoles sont détenues en propriété privée. Source : Website Landportal (2007).

La Bosnie-Herzégovine dispose d’un cadre pour l’enregistrement et la délivrance des titres fonciers depuis les années 1930. Ce système, mis en œuvre par les Autrichiens, délimite la propriété des terres et autres biens, les droits connexes et les hypothèques. Bien qu’il existe des registres fonciers dans toute la Bosnie-Herzégovine, environ 30 % de ces registres ont été détruits pendant la Seconde Guerre mondiale et beaucoup n’ont pas été remplacés. Les registres fonciers sont mis à jour manuellement et de nombreuses transactions n’ont pas été enregistrées en raison de l’instabilité politique et d’une taxe à l’achat de 15 % sur les biens immobiliers (ce qui pousse les transactions foncières dans un marché informel). Dans environ la moitié du pays, les Autrichiens ont également mis en place un système cadastral d’enregistrement des droits immobiliers. Dans le cadre de ce système, la municipalité est chargée de la mise à jour des registres fonciers, mais la majeure partie du financement provient de l’État. En 1984, ce système a été mis à jour par la « Loi sur l’arpentage et le cadastre immobilier ». « Grâce à cette loi, le système d’enregistrement a été partiellement informatisé et comprenait des prêts garantis sur la propriété. Toutefois, le système n’était fonctionnel qu’à 10 pour cent en 1999 et l’absence d’un enregistrement complet reste un obstacle à un marché foncier fonctionnel.

En Bosnie-Herzégovine aujourd’hui, environ 94% des terres agricoles sont des propriétés privées et sont cultivées de manière privée. La législation d’avant 1992 avait permis des exploitations individuelles jusqu’à une taille de parcelle de 10 hectares de terrain plat et jusqu’à 15 hectares de terrain vallonné. Cette limite légale a été abandonnée. Environ 5% des terres arables sont actuellement détenues par des fermes d’Etat. (Source: FAO, The pays des Balkans de l’Albanie et de l’ex-Yougoslavie)

ACCAPAREMENT DES TERRES

PRATIQUES INTERESSANTES

Aspects sociaux et économiques

MARCHE DU LOGEMENT

PROPRIETE PRIVEE VERSUS LOGEMENT PUBLIC

En 1991, 26% du parc de logements était de la propriété sociale, et 74% de la propriété privée. Biens collectifs a été généralement unités de logement dans les immeubles d’ habitation, où les titulaires de droits d’occupation avaient à peu près les mêmes droits que les propriétaires privés. Le parc de logements de la Bosnie-Herzégovine en 1991 se composait de 1.207.693 logements sociaux appartenant, répartis dans 6823 établissements privés. La zone de logement moyen était de 60,45 m2 par ménage , soit environ 16,68 m2 par habitant. (Source : Le logement et le profil urbain de la Bosnie-Herzégovine, Ministère des Droits de l’Homme et des Réfugiés 2006)

LE PROCESSUS DE RESTITUTION DES LOGEMENTS

Le processus de restitution des biens a été finalisée à la fin de 2006. En 2000, la communauté internationale en Bosnie-Herzégovine a créé le soi-disant cellule PLIP pour la surveillance et l’application des réglementations en vigueur (Plan de mise en œuvre du droit de la propriété ) qui se composait des principaux organismes de la communauté internationale en Bosnie-Herzégovine : l’OHR , de l’OSCE , le HCR et CRPC. Selon les dernières statistiques qui ont été publiées par des agences PLIP, le total de 211 791 demandes de restitution des biens immobiliers de logement et les droits de location ont été soumis. 197 815 décisions positives ont été faites et 12 642 décisions négatives . Le nombre de cas fermés est 197 688 qui font taux d’exécution de plus de 99 % des affaires jugées positivement. Dans les cas en suspens en raison de l’état des procédures contestables fait et de droit administratif , les litiges ou les poursuites sont toujours en cours devant les juridictions compétentes. (Source : Stratégie révisée de la Bosnie-Herzégovine pour la mise en œuvre de l’annexe VII de l’Accord de paix de Dayton, MDHR 2010)

Pour les résultats qui ont été réalisés en ce qui concerne la restitution des biens immobiliers et des droits de location, de la Bosnie -Herzégovine est perçu comme un bon exemple dans la région. Une privatisation de logements rapide et massive a eu lieu, et à travers les différents instruments financiers du stock de propriété publique a été vendu et transféré dans la propriété privée. En plus du droit de retour libre et la restitution des biens, l’annexe VII de l’Accord de paix de Dayton garantit le droit de tous les réfugiés et les personnes déplacées à l’indemnisation pour leurs biens qui ne peuvent pas être restituée. Dans le même temps, le mécanisme a été prévu par les réfugiés et les personnes déplacées pourrait exercer leur droit à réparation “au lieu de la reprise”.

L’APRÈS LA GUERRE ET LA RECONSTRUCTION DU PARC IMMOBILIER

La reconstruction du parc de logements est un besoin impérieux. En effet, la Bosnie-Herzégovine, qui fait partie de l’ex-Yougoslavie, a souffert de la guerre civile des années 1990. La guerre a détruit ou fortement endommagé la moitié des unités de l’époque ! Selon les données recueillies par le MHRR, dans les années d’après-guerre, 80 % des logements touchés ont été complètement démolis. Depuis les Accords de paix de Dayton en 1995, les résidents ont dû reconstruire leurs maisons dans une économie de marché très différente de celle qu’ils connaissaient.

La restructuration de l’économie a commencé et s’est accélérée après la guerre. En termes de logement, cela a conduit à mettre l’accent sur deux grands domaines de préoccupation opérationnelle : Reprise de possession et reconstruction. Le taux d’application des lois sur la propriété au niveau de la BIH est de près de 100%, ce qui signifie que toutes les affaires ayant fait l’objet d’une décision positive ont été clôturées lors de la reprise de possession par leurs propriétaires/titulaires de droits d’occupation d’avant-guerre, suivie par la privatisation de l’ancienne propriété sociale.

La reconstruction des logements et le processus de retour sont devenus l’un des objectifs stratégiques les plus importants de la politique d’après-guerre, ce qui a entraîné un énorme investissement dans le logement dans le pays. Jusqu’à présent, plus de 70 % (environ 330 000) des logements ont été reconstruits. Avant le transfert des responsabilités du processus de retour de la communauté internationale aux autorités nationales en 2003, la reconstruction était financée principalement avec les ressources des donateurs, mais ces dernières années, on estime que 75 % du total des investissements dans la reconstruction de logements étaient des allocations budgétaires à tous les niveaux administratifs en Bosnie-Herzégovine et que les sources des donateurs ont encore diminué.

En raison de l’ampleur des besoins, la reconstruction a nécessité l’assurance d’un logement minimum. Les conditions minimales de logement fixées par la communauté internationale en Bosnie-Herzégovine au début de l’après-guerre étaient de 5 mètres carrés par membre de la famille rapatrié. Par rapport à la surface moyenne de logement par habitant, cette réduction représente une sous-normalisation radicale. De nombreuses maisons dans les zones rurales sont encore inachevées et sans façade ou nécessitent une amélioration de l’infrastructure. La plupart des personnes âgées sont retournées dans les zones rurales et beaucoup d’entre elles ne sont pas en mesure de retourner ou de vivre dans leur lieu d’origine s’il y a un manque de services sociaux et de santé, mais aussi le manque de liens sociaux pour s’occuper d’elles ou de voisins qui peuvent les aider.

SITUATION ACTUELLE ET FREINS DUS À LA CRISE

Les transactions immobilières se font principalement au comptant, et le ratio des prêts hypothécaires au PIB est très faible (1,1 %), alors qu’il était de 1,1 % dans la dernière annexe. En 5 ans, il y a eu une augmentation du portefeuille de prêts au logement. Le ratio prix/revenu du logement se situe autour de 5,6, ce qui est proche du niveau des autres pays en transition, alors que l’indice d’accessibilité à la propriété est moins favorable (37%). (Source : Besoin de logements sociaux en Bosnie-Herzégovine, 2009)

Le boom du logement et la construction de nouvelles unités ont été arrêtés en raison de la crise économique. La demande sur le marché de l’habitation est encore faible, surtout dans les petites villes où il n’y en a pas beaucoup. L’indice du logement en Bosnie-Herzégovine a augmenté à 2 976 au quatrième trimestre de 2012, contre 2 755 au quatrième trimestre de 2011. L’indice du logement en Bosnie-Herzégovine est publié par l’Agence de statistique de Bosnie-Herzégovine et il est mesuré par le nombre de constructions résidentielles achevées. Historiquement, de 2007 à 2013, l’indice du logement de la Bosnie-Herzégovine s’est établi en moyenne à 1 361, atteignant un sommet historique de 3 669 au dernier trimestre de 2010 et un creux record de 202 au premier trimestre de 2011.

Sur la base des données recueillies dans leur évaluation de 2008, Hegedüs et Teller (2008) ont déclaré que les coûts de logement – en particulier pour ceux qui vivent dans le secteur locatif privé – représentent une charge considérable, représentant plus d’un tiers du revenu mensuel moyen d’une famille (activités informelles comprises sur le marché du travail). (Source : J. Hegedüs, M ; Lux et N. Teller, Social Housing in Transition Countries, ed. Routeledge, 2013.)

QUALITE DES LOGEMENTS

HABITAT INFORMEL / BIDONVILLE / SANS-ABRI

DEPLACES ET REFUGIES INTERIEURS

Il reste un nombre important de personnes déplacées, de réfugiés et d’autres personnes touchées par le conflit qui ont besoin de solutions durables, dont 125 000 personnes déplacées dont le statut a été confirmé lors du processus de réenregistrement en 2005. Beaucoup de ces personnes sont extrêmement vulnérables et traumatisées, vivant dans des conditions inhumaines de déplacement. Malheureusement, environ 2 700 familles continuent de vivre dans des centres collectifs en Bosnie-Herzégovine. En outre, de nombreuses personnes ne peuvent pas rentrer chez elles parce que leurs biens d’avant-guerre ont été détruits et figurent sur la liste des 45 000 logements des rapatriés en attente de reconstruction ou parce que les mines terrestres n’ont pas été déminées de leurs villages d’avant-guerre. (Source : Stratégie révisée de la Bosnie-Herzégovine pour la mise en œuvre de l’annexe VII de l’Accord de paix de Dayton (MHRR 2010).

On peut supposer qu’en dépit du fort soutien politique en faveur du retour au lieu d’origine et des « retours des minorités », on observe une tendance à la « concentration ethnique » dans certaines parties de la Bosnie-Herzégovine en raison des grands changements démographiques, lorsque les ménages se sont intégrés dans des zones où leur groupe ethnique est majoritaire. En outre, le processus d’émigration volontaire s’est poursuivi après la signature de l’Accord de paix de Dayton. Environ un quart des réfugiés et des personnes déplacées se sont manifestement intégrés dans leur pays d’accueil et dans les lieux de déplacement en Bosnie-Herzégovine ou ont trouvé d’autres solutions durables.

ROLE DES POUVOIRS PUBLICS

Une étude récente explicite le nouveau rôle de l’Etat en Bosnie-Herzégivine, suite à la guerre : La Bosnie-Herzégovine post-conflit. Etat(s) redistributeur(s), Hugues Sachter, Revue Balkanologie, vol. XIV, 2012.

LOGEMENT PUBLIC

Le processus de privatisation comprenait des logements sociaux dans l’ensemble de la Bosnie-Herzégovine. Toutefois, les entités ont appliqué différents modèles de privatisation. La privatisation sur la base de certificats dans la Fédération de Bosnie-Herzégovine correspondait à une méthode avantageuse pour les bénéficiaires finals, mais les recettes de la privatisation étaient nulles ou nulles, tandis que d’autre part, en utilisant le système de bons et en s’appuyant sur les paiements en espèces, RS a obtenu de bien meilleurs arrangements concernant les effets financiers de la privatisation du logement qui ont contribué au renforcement du budget du logement. Toutefois, les deux méthodes peuvent être évaluées comme des versions d’une privatisation « give away », car même en RS, le paiement réel était d’environ 10 à 15 % de la valeur marchande réelle. Du fait de la privatisation, la propriété sociale a pratiquement disparu et les collectivités locales se sont retrouvées sans logements sociaux.

Aspects écologiques

PROTECTION ENVIRONNEMENTALE

Bosnie-Herzégovine a ratifié un certain nombre d’accords internationaux . Le cadre juridique a été adopté , mais un certain nombre de procédures sont en cours de préparation et d’approbation . La compétence principale se situe au niveau des entités . Au niveau de l’ état, il est ministère de la protection de l’environnement dans le secteur des ressources naturelles , de l’énergie et protection de l’environnement au sein du ministère du Commerce extérieur et des relations économiques de la Bosnie-Herzégovine . Compétences pour l’écologie ont : Ministère fédéral de l’ Environnement et du Tourisme dans la FBH , Ministère de la planification de l’espace , travaux de génie civil et de l’écologie en RS et le ministère de l’aménagement du territoire , de l’urbanisme et de protection de l’environnement dans le gouvernement du district de Brčko .

Des améliorations significatives ont été réalisées : les permis environnementaux ont été introduits , les aires protégées établies , fonds pour la protection de l’environnement adoptée , degré de pollution a été mesuré et contrôlé et les entreprises d’investir dans la protection de l’environnement . En raison des bons exemples , beaucoup d’ obligation et l’amélioration doit être fait. Pollutions encore parfois dépassent les valeurs d’exigence : à Zenica (aciéries ) , Sarajevo ( de conditions climatiques ) et Bosanski Brod ( raffineries de pétrole ) .

Développement durable (DD ) est expression commune et souvent objectif précité , mais malheureusement, il est de toute évidence que la Bosnie-Herzégovine diverge de SD . Nous apprenons et enseignons les serres ou les maisons passives , le logement durable ou cite durable . Bien sûr, nous pouvons trouver de bonnes initiatives privées ou d’excellents projets en Bosnie-Herzégovine , mais approche systématique n’est pas possible sans un soutien financier important , et de plus sans changer la philosophie , mode de vie , de la production et de la consommation . L’efficacité énergétique , comme première étape ou la demande principale est plus pratique représenté .

EFFICACITÉ ÉNERGÉTIQUE

Dans les années précédentes , de nombreux organismes ont travaillé à sensibiliser le public à l’importance de l’efficacité énergétique . Efficacité énergétique dans les bâtiments ont cadre juridique en Bosnie-Herzégovine , en ce qui concerne l’ isolation thermique et la façade font partie des règles et des pratiques de construction . Travaux de façade achevés sont nécessaires et obligatoires pour l’utilisation de permis . Malheureusement , le manque de financement est la raison pour beaucoup d’objets privés inachevés , en particulier dans les zones rurales et les banlieues . Programmes de prêts de la Banque visant à promouvoir l’efficacité énergétique . Mais pour une amélioration significative , il est se sent toujours un manque de fonds et de subventions.

De nombreuses initiatives dans les collectivités locales visent à économiser l’énergie , en assurant de nouveaux modèles de chauffage (en utilisant thermique , bio ou d’autres formes acceptables d’énergie écologiquement viables) , et la promotion de l’ utilisation de l’éclairage à économie d’énergie et d’autres appareils ménagers de nouvelle génération. Initiatives pour la consommation de conscience ont été introduites dans les entreprises de services publics , mais malheureusement, l’état actuel et l’importante dette de ces entreprises peuvent être une raison pour la mise en œuvre des slows .

Bibliographie & Sitographie

SELON LES MOUVEMENTS SOCIAUX : PROBLEMES ET RECOMMANDATIONS

Problèmes majeurs :

À la suite de la privatisation de give-away , les gouvernements locaux ont été pratiquement laissé sans logements sociaux, et ils n’ont pas les capacités pour résoudre les problèmes de logement pour de nombreuses catégories vulnérables. Malgré la mise en œuvre de nombreux projets, ce n’est pas suffisant selon les besoins. Pour l’approche la plus réussie de l’investissement adéquat est nécessaire.

Centre collectif de réfugiés et campements Roms
  • LE BESOIN DE RECONSTRUCTION EST TOUJOURS D’ACTUALITE : Basé sur des données recueillies auprès des services municipaux concernés , compte environ 125 000 unités résidentielles impénitents en Bosnie-Herzégovine , environ 30 % du parc de logements endommagés et détruits. Le plus grand d’entre eux sont des unités de logement avec un degré élevé de dommages à la dévastation totale . Le Ministère des droits de l’ homme et des réfugiés a une base de données de 51 664 familles , soit environ 172 333 personnes, qui ont besoin d’aide à la reconstruction de logements pour le retour volontaire en Bosnie-Herzégovine ( sur 20 Date Juin 2013) . Pour la reconstruction selon le besoin des familles inscrites , retour durable devraient besoins autour de milliards de KM . ( Source : MDHR , les données du registre 2013 et retour processus et droits de l’homme 2011)
  • DES LOGEMENTS AVEC UN EQUIPEMENT DE BASE : Le problème concerne le logement collectif , les campements roms , certains rapatriés en zone rurale sans infrastructure et avec hébergement minimum , et pas grand , mais les cas existants de cas sans-abri ou sociaux . Malgré des efforts ou des projets en cours , les données ont confirmé des besoins importants pour les deux premières catégories . Pour fermer les centres collectifs , projet commencé en 2011 et il est en cours. Nombre de bénéficiaires de logements collectifs , qui ont besoin d’ un logement convenable , a 8500 ou 2700 familles . Le logement social a été promu pour résoudre les problèmes de logement temporaire et collectif . Bosnie-Herzégovine a rejoint le projet de la Décennie de l’inclusion des Roms 2005 – 2015e , et de la Déclaration a été signée en 2008 . Selon les données mises à jour à partir de 2009e «Le processus des besoins d’enregistrement de la population rom en Bosnie-Herzégovine ” , 16771 Roma , ou 4308 ménages ont besoin d’aide au logement , l’emploi et les soins de santé .
  • LES CONSTRUCTIONS ILLEGALES : Une des questions les plus cruciales du secteur du logement est la construction illégale . La construction illégale avait une tradition , même dans la période d’avant-guerre en ex-Yougoslavie . Le problème a été étendue à toute la région , non seulement la Bosnie-Herzégovine , en raison de la tolérance et de la pression de l’urbanisation et sur la zone urbaine . Colonies illégales entiers ont été construits dans les banlieues , et les processus de légalisation des bâtiments ont ensuite été résolu des problèmes . Actuellement , il ya un travail de régularisation intensive subir dans les deux entités et du district de Brčko . La construction illégale entraîne d’importants coûts sociaux, les problèmes d’infrastructure et l’utilisation inefficace des ressources .
  • DES LOGEMENTS INACHEVES ET NE REPONDANT PAS AUX NORMES : Droit de la construction , des règlements et des normes de garantie de la qualité de la construction , mais pour les unités de logement privé de la qualité de la construction est discutable en raison de l’ énorme part d’auto-assistance ( ou auto construction ) construction . Malgré de bonnes normes architecturales et de construction , le manque de fonds , le désir pour raison supplémentaire profité ou le besoin de fournir des prix compétitifs mètre carré de plat est destiné à être utilisé les matériaux de qualité, en particulier pour les travaux de finition . En conformité avec les exigences des clients , les petits appartements ont été construits , à nouveau pour des raisons financières . Peut-être , statistique ne sera pas exprimer une sous- normalisation , mais la réalité pour les jeunes familles est alors les normes d’avant-guerre ( 16,68 m2 par habitant ) . En outre , la réalité est beaucoup de maisons privées uncomplated , sans fasade et thermo isolation . L’augmentation des prix pour les services publics : Il ya eu une augmentation importante des prix des services d’utilité publique depuis 2004 , qui a abouti à une part de 25 % des dépenses liées au logement parmi l’ensemble des dépenses des ménages , de façon similaire à la tendance des autres pays en transition . Un ménage avec un revenu moyen peut payer les coûts d’exploitation , mais complémentaires à louer privé avec grande difficulté.
  • LES PROBLEMES DUS AUX NOUVELLES CONSTRUCTIONS : Les demandes de nouveaux bâtiments dans les grandes villes nécessitent des changements sur les plans urbains . Valeur de chantier dans les grandes villes est la pression pour la zone verte et zone non construite . Qualité de la vie ou de la valeur de la propriété privée peut être menacée par une nouvelle construction. Malheureusement , la lutte individuelle contre «l’intérêt et le développement commun” est difficile et infructueuse .

Recommandations ou Propositions :

UNE FORTE DEMANDE DE LOGEMENT ADEQUAT : le nombre total des besoins enregistrés pour la reconstruction , environ 43 000 personnes n’ont pas de solutions adéquates de logement. Certains vivaient dans un logement temporaire (hébergement essentiellement collective ) et certains vivaient dans un logement sans minimum d’infrastructures . Ils sont pour la plupart catégorie sociale vulnérable aussi. Pour ces personnes un logement adéquat est la demande . Malgré l’augmentation de la pauvreté , et de nombreuses familles qui vit sans hébergement adéquat , la pression des sans-abri a été enregistrée . Malheureusement , ce n’est pas les résultats de l’approche systématique du gouvernement . Les problèmes de logement ont été résolus avec traditionnellement forts liens familiaux ou à la solidarité , la plupart du temps au cas par cas . Politique du logement social , avec des unités de logement dans la propriété publique , peut être considérée comme un outil pour résoudre les besoins futurs systématiques de rainurage .

UN BESOIN DE LOGEMENTS SOCIAUX : Dans le projet ” Suivi de l’examen fonctionnel du Secteur de retour en Bosnie-Herzégovine », le « besoin de logement social en Bosnie – Herzégovine» a été faite en 2008 /9 à la coopération avec le Ministère des droits de l’ homme et des réfugiés et d’autres parties prenantes . ” Les programmes de retour , qui visent à la reconstruction des maisons des personnes déplacées et des réfugiés afin de leur permettre de retourner , ne pouvaient pas répondre aux besoins de logement des groupes vulnérables qui ne sont pas considérés comme des personnes déplacées ou des réfugiés . Il ya un consensus général que les éléments de logement des programmes de retour doivent être complétées et – à plus long terme – transformé en politique du logement pour les groupes vulnérables , en s’appuyant sur la capacité atteint dans transférables outils de la politique du logement des programmes de retour ( location de subventions , le logement régimes d’allocations , les modèles de logements locatifs , des programmes accession à la propriété de l’accès , l’entretien et la reconstruction ). Les groupes cibles pour une politique du logement social devraient inclure plus de PV avec les questions non réglées et brûlant logements (environ 7000 personnes dans les types collectifs de logement des autres 16 000 de personnes qui risquent de perdre leur statut DP raison de ne pas retourner à leur lieu d’origine ) , les Roms , les personnes âgées , les ménages à faible revenu , et les jeunes couples , entre les primo-accédants ” ( Source : Besoin de logement social en Bosnie-Herzégovine , 2009) . un système de financement du logement efficace est une condition préalable d’une politique réalisable du logement social. La stratégie de logement devrait augmenter le nombre de ménages qui ne peuvent avoir accès à un logement et payer le coût sans ( ou avec une faible ) subvention et d’augmenter les services de logement ( logements locatifs ou « logements à bas coût ») pour les ménages appartenant aux groupes vulnérables groupe ( sous le revenu médian ou sous le seuil de pauvreté ) .

La demande principale est de logements sociaux dans la propriété publique ( collectivités locales ) , pour résoudre à faible revenu et les bénéficiaires vulnérables . Certains projets pilotes ont été mis en œuvre et plus continue . Mais, selon les besoins , plus d’investissements et plus de logements sont nécessaires . Malgré des besoins , le manque de budget (national et donner des fonds ) peut être reconnu comme raison principale pour la mise en œuvre lente . En outre , les crises politiques réelles ( tout niveau de gouvernement ) ne peuvent pas soutenir le processus de reformage et fournir une capacité pour les questions plus suffisamment de logements résoudre .

Construction d’appartements pour les ventes par prix inférieurs au prix du marché est un modèle connu de logements sociaux . Ces projets ont été mis en œuvre au niveau local dans les zones urbaines pour les anciens combattants et les jeunes couples . Ces projets ont diminué le stress dans les grandes villes . Les besoins de logement des jeunes primo-accédants doivent être abordées dans une politique de logement social Bosnie-Herzégovine . En outre , les personnes âgées avec ses besoins doivent être reconnus . Certaines tentatives ont été entreprises pour développer des modèles de logement social qui précisément répondre aux besoins des groupes d’âge – logement combiné avec garderie et d’autres services sont en cours d’élaboration par exemple tout au long de la Republika Srpska , et des solutions locales ont été mises en œuvre au niveau municipal Canton et en FBH .

DES MOYENS POUR ENTRETENIR LES BÂTIMENTS RÉSIDENTIELS : Maintenir a intégré dans les règlements et les ménages peuvent choisir de maintenir l’entreprise. Le problème habituel pour maintenir les entreprises sont faibles collecte des paiements . Les ménages se plaignent habituellement sur le prix des services . Principalement , le maintien fonde un pas suffisante pour la reconstruction importante . Maintenir entreprises offrent des prêts , mais la plupart des habitants ne peuvent pas accepter cette option . Sur afin de maintenir une qualité raisonnable du stock de logements , les propriétaires doivent être en mesure d’investir suffisamment de fonds dans l’entretien des logements , mais les ménages à faible revenu auront des difficultés à couvrir ces investissements nécessaires . En outre, pour éviter l’entretien différé , certaines municipalités ont lancé des programmes de reconstruction à petite échelle , visant à améliorer l’habitat de faible qualité , et anciennement sociaux mais privatisé logement. Ces programmes peuvent illustrer les besoins en circulation pour les investissements en logement pour les grands groupes de la population qui n’ont pas les outils ou l’accès à des prêts à investir dans le logement financiers propres . ( Source: Besoins de logement social en Bosnie-Herzégovine , 2009)

Un grand nombre de besoins peut être noté comme : suppression des barrières architecturales pour les personnes à mobilité réduite , l’amélioration des services publics , mais sans augmentation de prix pour les services , l’amélioration des infrastructures et des subventions pour l’efficacité énergétique dans le logement, la circulation et des espaces de stationnement et ainsi de suite . La portée de la demande est de la principale exigence essentielle pour le logement jusqu’à l’amélioration des conditions existantes . L’étape principale est la politique fonctionnelle de logements , mais aussi des acteurs de la société civile peut être plus actif .

Liste non exhaustive de mouvements sociaux actifs :

  • HABITAT FOR HUMANITY BOSNIA HERZEGOVINA = Association humanitaire sans but lucratif dont l’objectif est d’éradiquer la pauvreté en matière d’habitat ainsi que le sans-abrisme. Pour ce faire, ils construisent et rénovent des logements partout dans le monde, proposent des formules de micro-crédit et de prêts, aident à l’assainissement des logements, plaident pour un logement abordable pour tous. En particulier, ils travaillent en collaboration avec un organisme de micro-crédit (LOK) permettant de fournir des prêts pour la reconstruction de logements et/ou l’amélioration de l’efficacité énergétique de ceux-ci. Lien site InternetLes contacter.
  • MIKROKREDITNA FONDACIJA LOK = Fondation qui a pour objectif d’aider la population la moins développée du pays à améliorer ses conditions de vie : crédit logement, auto-emploi, etc. Site InternetLes contacter.
  • UNOPI = Union pour un retour durable et intégrations en Bosnie-Herzégovine – UNOPI contient 98 associations – des réfugiés , des personnes déplacées , les rapatriés , les citoyens , les associations agricoles , les organisations humanitaires , les clubs de jeunes , et d’autres organisations de la société civile en Bosnie-Herzégovine et à bord , que faire une contribution commune au retour durable et une intégration réussie dans la communauté . Website UNOPIContact – Tél : +387 33 239 604 – Fax: +387 33 273 581 .
  • CATHOLIC RELIEF SERVICE (CRS ) = a développé trois modèles de logement social pour des groupes cibles spécifiques des rapatriés : l’un pour une zone urbaine visant à des commerçants ( Potocari ) , un modèle rural pour les rapatriés d’agriculteurs ( Jezero ) et un troisième destiné aux personnes âgées ( Fojnica ) . Dans les trois modèles , le choix de la localité est crucial : en plus des capacités de coopération solides des municipalités , en assurant l’accès à des services adéquats (routes , écoles , établissements de soins de santé ) est vital , ce qui peut contribuer à la subsistance des projets . Website – CRS Sarajevo : Téléphone: +387 33 205 à 827 – Fax: +387 33 205 373 .
  • HILFSWERK – AUSTRIA = a différents projets de logement : Résolution des problèmes de logement des Roms , des projets d’infrastructure , des projets de recherche ” logement social ” , soutien à un retour durable à plus grande région de Srebrenica et ainsi de suite . Website – Hilfswerk Autriche Int . Sarajevo ( HWA ) : Téléphone: +387 33 238 à 804 – Fax: +387 33 233-440
  • CARITAS SUISSE = a logements différents et des projets d’infrastructure , et dispose d’un des projets en matière d’efficacité énergétique pour les écoles et les maisons privées . Website – Caritas Suisse , Sarajevo : Téléphone: +387 33 668 185 ;
  • INSTITUTION DE DROITS DE L’HOMME MEDIATEUR DE BOSNIE-HERZÉGOVINE = Website et Comité Helsinki pour les DROITS DE L’HOMME EN BOSNIE -HERZÉGOVINE = Website et Comité Helsinki pour les DROITS DE L’HOMME en Republika Srpska = WebsiteContact
  • CIVILNIH INICIJATICA CCI = est une association avec de nombreuses activités . Ils publient Rapport sur la qualité de vie dans les municipalités et le logement fait partie des documents WebsiteContact
  • DON, PRIJEDOR = différents projets de la société civile WebsiteContact
  • ASSOCIATION DES CITOYENS NEŠTO VIŠE = ( Something More ) Bosnie-Herzégovine – ” Nesto visé» motive des changements positifs dans la société en offrant des opportunités aux individus et aux groupes de l’éducation formelle et informelle , la mise en réseau , le travail , les expériences communes et d’aider les autres , le tout afin de rendre compétente et les dirigeants responsables qui , en croyant en eux-mêmes et d’autres , favorisent l’ouverture et appartenant à leur société . Mis en œuvre plusieurs projets pour l’amélioration des conditions de vie et les services publics dans les communautés locales WebsiteContact