TOUR DU MONDE DE L’HABITAT VU PAR LA SOCIÉTÉ CIVILE

États-Unis d’Amérique

#Mots-clés : Dernière mise à jour le 8 septembre 2017

URBANISATION

Capture d’écran 2016-01-05 à 16.33.09Histoire des Villes – Patrimoine

Habitat Urbain

Habitat Rural

ASPECTS LEGAUX

Droit au Logement

Expulsions Forcées

Droit Foncier

Accaparement de Terres

Groupes Vulnérables

Pratiques intéressantes

  • Les COMMUNITY LAND TRUST : ce dispositif est né en 1969 en Géorgie (USA). Pour faire face aux difficultés de certaines populations à acquérir un logement, un “TRUST” est créé qui détiendra la propriété du sol tandis que les habitants seront eux propriétaires du bâti. Des mécanismes anti-spéculatifs et de gouvernance partagée font également partie du dispositif. Ce modèle est en train de séduire de nombreuses autres régions dans le monde. En savoir plus : notre fiche-concept sur les Community Land Trust – le réseau des CLT aux Etats Unis, le National Community Land Trust Network. Un exemple pionnier de CLT est celui de Burlington : le Champlain Housing Trust. Lire à ce propos le dossier d’Urbamonde sur la Production Sociale de l’Habitaturbamonde.org
  • BUDGET PARTICIPATIF : À Chicago, le budget participatif a commencé en 2010 à la 49e Ward, qui, selon son conseiller municipal, est «l’une des communautés les plus racial, ethnique et économiquement divers de la nation». Ce processus de pionnier dans les États-Unis consacre 50 pour cent de ses ressources de BP pour la rénovation de la rue et l’autre moitié à une variété de projets communautaires. Pour en savoir plus sur le concept de budget participatif ou de lire le rapport du professeur Y. Cabannes sur ce (IIED 2014): http://pubs.iied.org/pdfs/10713IIED.pdf
  • SIMAGINES : Planification de Staten Island pour le programme de récupération (New York) : l’American Institute of Architects (AIA) ministère des Affaires urbaines et planification de la Hunter College ont proposé aux résidents de Staten Island de les aider à concevoir eux-mêmes un plan de réaménagement des quartiers Sandy-dévastées. « Nous essayons d’aider les résidents, avec l’aide d’experts et de notre système de CUNY, à développer une vision de la planification de leurs propres quartiers »: https://vimeo.com/67309150

ASPECTS SOCIAUX ET ECONOMIQUES

Marché du Logement

Qualité du Logement

Habitat informel / Bidonville / Sans-abri

Selon le National Law center on Homelessness & Poverty, depuis les années ’80, le nombre de sans-abri a augmenté de façon spectaculaire. Chaque année, plus de 3 millions d’Américains dont 1,3 million d’enfants font l’expérience du sans-abrisme ! Selon des études nationales, des millions d’Américains vivant avec des bas revenus consacrent plus de la moitié de leurs revenus au logement (alors qu’il est recommandé de n’en consacré que 30%). Aujourd’hui, le tiers des sans-abri est composé de familles et les minorités raciales et ethniques sont plus particulièrement touchées. le visage de l’itinérance est de plus en plus diversifié.


« The jungle », le bidonville de la Silicon… par LeNouvelObservateur

ROLE DES POUVOIRS PUBLICS

Logements sociaux – Publics

ASPECTS ECOLOGIQUES

Bibliographie & Sitographie

HABITAT ET MOUVEMENTS SOCIAUX

Problèmes majeurs

Selon NATIONAL LAW CENTER ON HOMELESSNESS & POVERTY , les facteurs majeurs qui causent le sans-abrisme sont :

  • Le manque de logements abordables. Près de la moitié des sans-abri ont un travail, mais celui-ci ne leur permet pas de se loger;
  • Le logement subventionné ne leur est pas accessible ou ils doivent attendre parfois jusqu’à 6 ans pour y accéder.
  • Des revenus minimum à la traîne : les augmentations des bas salaires sont bien en-deça des augmentations sur le marché du logement;
  • Une aide gouvernementale insuffisante : les recettes collectées pour l’aide au plus pauvre étant en baisse, les programmes d’aide pour ceux-ci ont été sévèrement réduits.
  • Dès lors des services de soins de santé insuffisants : des millions d’Américains ne bénéficient d’aucune assurance santé – un nombre important de personnes ayant des problèmes de santé mentale se retrouvent dans la rue.
  • Dès lors un accès à l’éducation qui accroît les inégalités sociales, et en particulier pour les enfants de sans-abri qui sont déscolarisés en dépit de la Loi fédérale.

Recommandations ou Propositions

Quelques mouvements sociaux actifs

  • DEPAUL USA = Organisme à but non lucratif qui vient essentiellement en aide aux hommes sans-abri. Leur objectif est d’aborder le sans-abrisme de manière holistique afin de mettre fin au cycle de l’itinérance en offrant, en plus d’un hébergement, un accompagnement social prenant en compte les divers aspects de l’aide à la personne (finances – santé physique et mentale – emploi – formation – éducation – parentalité – soutien juridique – spiritualité). La collaboration des résidents est indispensable. L’objectif est aussi de se sentir à nouveau bien dans la communauté. Ils ont récemment créé un jardin partagé. Vidéo des résidents qui parlent du projetSite Internet DEPAUL USA – Les contacter via leur site Internet.
  • DORCHERTER BAY EDC = association qui agit pour créer un cadre de vie prospère dans des quartiers en difficultés de Boston, suite à la crise et au chômage. Elle propose, entre autres, pour créer du logement abordable, de réaliser des “villages urbains”. Ces “villages” prennent en compte les besoins de mobilité des personnes, l’usage d’énergie verte, espaces verts, espaces de formation. Site Internet de DORCHERTER – Les contacter via leur site Internet.
  • NATIONAL LAW CENTER ON HOMELESSNESS & POVERTY – NLCHP = Créée en 1989, cette association tente de mettre fin à l’itinérance de sans-abri à l’échelle nationale. Concrètement, il s’agit d’un centre des droits composés de juristes travaillant sur les causes et les conséquences du sans-abrisme, notamment via la collecte d’informations, la sensibilisation des politiques et l’éducation du public. Site de NLCHP
  • DELAWARE HOUSING COALITION = organisation pour le droit au logement dans l’Etat de Delaware. Ils militent pour un accès au logement “abordable” et “permanent”. Website